Chapitre 2 - Auteur Milou Populaire

Le carnet noir révèle une partie de ses secrets....

 

Le corps était toujours là, saisi dans la glace ;

Habituellement, Martial allongeait les cadavres nus sous la lumière aveuglante avant de les laver, les découper, peser les différents organes….

Rien de semblable ici.

Celui-ci avait été déniché dans le frigo d’un squat du septième arrondissement et l’on avait pris bien soin de ne pas le dégeler trop vite.

De la poche droite du manteau rigidifié dépassait un petit carnet noir un peu gondolé.

Il lui faudrait attendre que le mort « fonde » pour l’extraire, ce fameux carnet !

L’idée de devoir patienter, à elle seule, provoquait chez le médecin-légiste, un brusque retour de démangeaisons.

Mais la chaleur de la pièce viendrait, à n’en pas douter, à bout de cette irritante énigme. Encore un café, peut-être…………..La soirée était encore jeune !

Et rentrer chez lui, seul, dans son appartement mansardé du cinquième, à quoi bon ?

Autant suffoquer ici, se gratter jusqu’au sang et …..réfléchir.

Il avait fini par s’endormir entre une grosse dame flasque et un marmot à moitié désossé.

Il se réveilla en sursaut pour constater, satisfait, que la température avait encore grimpé.

Plein d’espoir, il s’arma d’une longue pince en métal et retourna vers son numéro favori : le 35 !

Le visage, toujours aussi lisse, avait pris une légère teinte bleue et les vêtements commençaient à dégouliner.

Armé de sa pince, il tira délicatement le petit carnet qui vint à lui avec un bruit sec de glace pilée.

Il faudrait sans doute utiliser le sèche-cheveux pour lui rendre sa forme originale, mais Martial était patient.

Il savait que le temps jouait en sa faveur : il y avait toujours une période de flou au début des enquêtes, même ordinaires. Ce temps-là était pour lui, il y régnait seul, face à face avec ces corps qui finissaient par lui céder, à lui, Martial Doberman, tous leurs secrets.

Le petit carnet noir n’était qu’un plus, une gourmandise, un extra !

Le mardi matin, Martial connut une grande déception. Le carnet noir, ouvert sur la table de dissection ne révélait rien….ou si peu !

Quelques vers d’Apollinaire avec en regard un prénom, quelques chiffres et une question  …suivis d’une étrange signature

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine                 Léna

Et nos amours….

La joie venait toujours après la peine                  01417

Vienne la nuit…..

Les jours s’en vont, je demeure                            où dormir ?

                                      LE GUETTEUR

Voilà tout.

Le corps aussi était resté muet. L’autre poche du manteau avait été coupée et le reste des vêtements ne présentait aucune particularité, si ce n’est d’avoir été portés trop longtemps.

 Un SDF parmi d’autres ?

Pas d’ecchymoses, pas de blessure ouverte, tout au plus les séquelles du froid : être tassé plusieurs jours dans un frigo présentait quand même quelques inconvénients !

Ce pauvre bougre était-il donc simplement, cruellement mort de froid ?

Non, cela Martial en était sûr. Il était déjà mort lorsqu’on l’avait mis là. Mort de quoi ? Pour la première fois de sa vie, il ne pouvait le dire.

Il penchait pour un poison indétectable et avait, par acquis de conscience, envoyé quelques prélèvements au labo de la police.

Il n’en espérait pas grand-chose.

Il préférait accorder du crédit à ce foutu carnet  noir, même si celui-ci n’avait pas tenu toutes ses promesses…

Un passionné d’Apollinaire mais qui écorchait ses poèmes et signait LE GUETTEUR……Vraiment, c’était grotesque !

Et cette Léna ? Associée à la Seine  Oh ! Mon dieu ! Il saisit son téléphone et appela son alter ego, le commissaire  Descoins, Hubert de son petit nom.

_Il faut faire draguer la Seine au niveau du Pont Mirabeau, hurla-t-il dans l’appareil, comme frappé par une soudaine révélation.

L’autre tout d’abord ne répondit pas, sans doute scotché par le ton véhément du légiste.

_Draguer la Seine ? C’est toi, Martial ? Mais enfin, qu’est-ce qui te prend ? Tu sais combien d’hommes il faut pour draguer la Seine ? Tu n’es pas sans savoir ……. ?

_Il le faut, te dis-je et le plus tôt sera le mieux, crois-moi !

_Mais, enfin, si tu m’expliquais ?

_Le congelé de ce matin…

_Et bien ?

_Non seulement il aime les poètes mais il pourrait bien avoir flanqué une certaine Léna à la baille !

Une femme fut bien repêchée le mercredi dans la Seine. Le corps avait dérivé plusieurs jours durant et n’était pas beau à voir.

Contrairement à celui du 35, d’aspect blanc et lisse, le visage de celui-ci était monstrueusement boursouflé.

Difficile à identifier…

Etait-ce la fameuse Léna ?

Et que signifiait la série de chiffres du carnet ?

A ce point de l’enquête, Martial Doberman allait devoir accepter de se faire aider et cette perspective ne le réjouissait pas.

Son psoriasis pour lui montrer qu’il partageait sa déception fit une soudaine poussée qui l’obligea à rester prostré deux jours durant dans sa mansarde, le corps et l’esprit en effervescence…..

 

Critique des utilisateurs

Voir l'ensemble des critiques des utilisateurs

Moyenne des critiques de 9 utilisateur(s)

Pour soumettre une critique, merci de vous enregistrer ou de vous connecter.
Note globale 
 
3.6
Suspens 
 
3.6  (9)
Fluidité du style 
 
3.8  (9)
Humour noir 
 
3.2  (9)
Pertinence du développement 
 
3.9  (9)
Coup de cœur 
 
3.3  (9)
 
Chapitre 2 - Auteur Milou 2012-05-06 12:25:32 GUYARD
Note globale 
 
3.4
Suspens 
 
3.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
3.0
Coup de cœur 
 
4.0
Critique de GUYARD    06 mai 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

Un peu trop vite..

C'est vrai que déjà deux cadavres en deux chapitre... Cela va un peu vite.
Elle est super cette histoire de carnet noir et de poème d'Apollinaire.
J'aime beaucoup le style d'écriture.

Bravo !

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
10
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Auteur Milou 2012-05-03 21:22:12 marecal
Note globale 
 
3.4
Suspens 
 
3.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
3.0
Critique de marecal    03 mai 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

coco

super l'idée du carnet noir !

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
10
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Auteur Milou 2012-05-03 21:18:56 Marecal Jennifer
Note globale 
 
3.6
Suspens 
 
3.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
5.0
Coup de cœur 
 
3.0
Critique de Marecal Jennifer    03 mai 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

jedy

Comme expliqué précédemment, je me permettrai une critique seulement lorsque moi-même je proposerai un essai!

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Auteur Milou 2012-04-23 18:50:57 mathey
Note globale 
 
4.0
Suspens 
 
4.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
5.0
Critique de mathey    23 avril 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

ah le pont Mirabeau...

merveille trouvaille que ce petit carnet contenant des vers, de ce génial poète.
reprise efficace des éléments imposés par le chapitre 1, ouverture vers une collaboration fastidieuse entre le héros et....

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Auteur Milou 2012-04-22 19:55:53 defforges
Note globale 
 
4.0
Suspens 
 
4.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
4.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
4.0
Critique de defforges    22 avril 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

Surprenant...................

Je rejoins les avis précédents, bon rythme, bonnes idées...............

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
 
Voir l'ensemble des critiques des utilisateurs
 
Powered by JReviews