Chapitre 2 - Emanations Populaire

384 pas, une volée d’escaliers puis l’ascenseur. 8h10, solstice d’hiver.

Le retour à la salle de dissection, les jours de livraison, était pour Martial, un moment exquis. Il savait qu’aujourd’hui, à 8h10, quand il pénètrerait dans l’ascenseur, comme chaque matin, ou presque, il savourerait ce petit instant d’extase délicieuse.

Il appuya sur le bouton qu’elle avait pressé, peu avant, ferma les yeux, et se laissa enivrer par les effluves de parfum, que des molécules en suspension dans l’air avaient subrepticement captées.

Elle avait eu un geste d’impatience et levé rapidement l’avant-bras pour regarder l’heure…

Elle avait énergiquement secoué sa chevelure de ses 2 mains en se regardant dans la glace…

Elle s’était étirée en soupirant pour évacuer un peu de stress et de fatigue accumulés…

Elle avait… patchwork de scénarios possibles…

Ce dont Martial était sûr, c’est qu’elle avait soulevé les bras. Cette odeur capiteuse, entêtante, n’avait pu que s’échapper de ses aisselles, alcôves moites et chaudes, écrins d’essences, milieu favorable à un taux de concentration élevé.

……….seule certitude.

Pour le reste, et contrairement à ses enquêtes, il ne cherchait pas à trancher et laissait vagabonder son imaginaire vers des hypothèses irrésolues…

Elle frappa. 3 coups secs. A la porte.

Certes, elle pouvait entrer sans frapper mais elle préférait toquer. Elle avait remarqué que M.Doberman était en partie rongé par un psoriasis. Elle compatissait, mais un jour, son regard se posa involontairement sur un morceau de glace, qui, visiblement, avait glissé du pantalon de Martial pour échouer sur le sol. Elle en déduisit ses pratiques et ne tenait pas à le prendre la main dans le sac, en entrant sans frapper. Elle n’avait aucune envie de partager un tel moment d’intimité, ni sous cette forme, ni sous une autre, d’ailleurs.

Elle frappa à nouveau. 3 coups secs. Pas de réponse.

Comme d’habitude, depuis quelques mois, il n’était jamais là quand elle arrivait. Elle décida donc d’entrer. Elle redoutait cet instant, cette immersion dans cette caverne mortuaire où s’entremêlaient odeurs de putréfaction, de chairs incisées, d’os découpés, et de transpiration. Sur ce dernier point, vu le temps que Doberman passait dans la boutique, des heures, des journées, il ne prenait pas toujours le temps de se doucher et de se changer. Il s’affalait, tout habillé sur son lit, pour oublier pendant au moins 4h les corps refroidis, gisant dans les tiroirs. Elle savait combien il se tuait à la tâche, ce M.Doberman.

Doberman………..

Ce nom la faisait sourire, elle le trouvait à la fois étrange et rassurant. Après tout, il aurait pu s’appeler M.Martial Vautour, M.Martial Chacal, elle aimait à le baptiser régulièrement de divers noms d’animaux, pour conclure au final, que Doberman était un patronyme qui lui allait bien, il fallait se rendre à l’évidence :

Le gardien des corps en partance pour l’au-delà, le Cerbère de la Crime, avait un flair redoutable pour élucider les affaires.

Elle jeta un bref regard circulaire, rien n’avait vraiment changé depuis la dernière fois, elle s’approcha du n°35. Martial ne l’avait pas dégagé du sac,mais on voyait des parcelles de peau grâce à l’ouverture de la fermeture éclair, descendue de quelques centimètres. Il était imberbe, son torse paraissait lisse, et sa peau, douce. Elle leva la main pour vérifier cette sensation, puis se rétracta, retira illico son bras. Que lui était-il passé par la tête ??? Ce n’était vraiment pas le moment de laisser des empreintes sur ce cadavre, avec toutes les casseroles qu’elle se traînait depuis quelques mois….

Elle reprit rapidement ses esprits, justifia cet épisode par l’atmosphère glaciale, par cette luminosité aveuglante qui jaillissait des pièces métalliques : scapels, couteaux, scies… percutés par le soleil, et par son état nauséeux.

Elle alla s’asseoir. Elle en profita pour se masser les mollets en exerçant de multiples pressions sur ses bas de laine et apprécia d’avoir le muscle encore souple, au milieu de tous ces tissus raides ou flasques.

Martial sortit de l’ascenseur, en état d’apesanteur, suite à cette poussière d’éternité qui s’était glissée dans son univers monotone, monochrome, « monochrone ».

Temps lisse, solstice d’hiver. Blanches collines, noirs destins, anicroches multiples, soupirs grisés puis brisés.

La pause était terminée. Reprise A Tempo et silence radio sur cette sensibilité à fleur de peau qui lui écorchait et brûlait les terminaisons nerveuses.

9 pas à droite, 2 sur la gauche, il saisit la poignée et entra.

Elle remit rapidement ses bottines et s’avança. Ils se serrèrent la main, lui, hochant la tête pour croiser son regard, elle, ne levant que les yeux. Il lui enchaîna deux trois phrases et se dirigea vers le corps pour s’activer.

Elle tira de sa serviette stylo et formulaire pour remplir sa mission. Il ne lui restait plus qu’à patienter, le temps que Doberman fasse les divers prélèvements et lui récapitule toutes les données à communiquer au labo.

Il se désinfecta les mains, posa sur le plan de travail instruments et réceptacles, dégagea avec dextérité le corps de son enveloppe, plastifiée, et se mit à l’ouvrage.

Incision, grattage, curetage……………

……cliquetis métalliques, éblouissements, relents, nausées……..Intensification, …….Insoutenable,

……….elle sortit précipitamment.

Pourtant, elle y avait travaillé dans cette pièce, comme assistante de Doberman, pendant 54 semaines, 3 jours et 8 heures exactement, jusqu’à ce qu’elle prenne un malaise, justifiant une hospitalisation. On l’avait alors réorientée sur les services du rez-de-chaussée et du 3 ème comme factotum. Elle travaillait désormais de 6h à 9h et de 16h à 20h, ce qui ne la gênait pas trop, vu qu’elle n’avait pas d’enfants.

8h50, solstice d’hiver, Doberman pousse la porte. Il lui tendit la serviette où il avait pris soin de remettre formulaire rempli et signé, stylo, puis la mallette contenant les divers échantillons.

« Vous leur direz bien de m’appeler dès qu’ils auront les premiers résultats pour que j’affine cette autopsie et que je termine mon rapport. A bientôt et …Merci »

Il retourna à ses explorations, patouiller délicatement dans les viscères, farfouiller dans les vêtements, poursuivre ses investigations jusque dans les moindres recoins de tissus et de chairs. Et les poches ? Il n’avait toujours pas eu le temps de faire les poches.

Enfin c’était terminé pour la matinée pensa-t-elle, juste à déposer tout ça au 3ème et après elle prendrait l’air, elle pourrait s’acheter des chaussures, ou non, prendre un café, place Bellecour, avec un croissant ou non, non, non, rentrer, oui, elle rentrerait chez elle, se glisser dans le lit encore tiède, à côté, tout contre….

Critique des utilisateurs

Moyenne des critiques de 5 utilisateur(s)

Pour soumettre une critique, merci de vous enregistrer ou de vous connecter.
Note globale 
 
3.0
Suspens 
 
2.2  (5)
Fluidité du style 
 
3.4  (5)
Humour noir 
 
3.0  (5)
Pertinence du développement 
 
3.6  (5)
Coup de cœur 
 
2.6  (5)
 
Chapitre 2 - Emanations 2012-05-04 08:12:51 marecal
Note globale 
 
2.8
Suspens 
 
2.0
Fluidité du style 
 
3.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
2.0
Critique de marecal    04 mai 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

devellopement...

l'histoire est un peu molle mais dans l'ensemble c'est bien simpa, peut être un peu brouillon sur certaine partie (ex; solstice d'hiver et bas de l'aine alors que c'est la canicule ...), mais bon lancement pour une suite. Juste peut être laissé le suspens s'installer ! très agréable a lire et bon style.

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
00
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Emanations 2012-05-03 21:25:53 Marecal Jennifer
Note globale 
 
3.0
Suspens 
 
2.0
Fluidité du style 
 
3.0
Humour noir 
 
3.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
3.0
Critique de Marecal Jennifer    03 mai 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

jedy

Bon je me répète encore, mais je préfère être équitable avec tous les futurs écrivains en herbe en vous disant que je me permettrai d'émettre un avis plus tard tout en vous mettant une petite note quand même ;)
ps : bien évidemment, après ça, vous pourrez dire que ce commentaire à été complètement inutile!

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
00
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Emanations 2012-04-22 16:34:52 DOM
Note globale 
 
1.8
Suspens 
 
1.0
Fluidité du style 
 
3.0
Humour noir 
 
1.0
Pertinence du développement 
 
3.0
Coup de cœur 
 
1.0
Critique de DOM    22 avril 2012
Top 10 des chroniqueurs  -   Voir l'ensemble de mes critiques

Developpement...

C'est bien écrit mais l'histoire avance assez peu,heureusement un nouveau personnage apparait.
Pourquoi,le solstice d'hiver et les bas de laine alors que le chapitre un se déroule durant la canicule...???

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Emanations 2012-04-17 15:57:27 Arhi
Note globale 
 
3.4
Suspens 
 
3.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
4.0
Pertinence du développement 
 
3.0
Coup de cœur 
 
3.0
Critique de Arhi    17 avril 2012
Chroniqueur n°1  -   Voir l'ensemble de mes critiques

Agréable

Un peu mou, l’histoire avance moins que l’autre chapitre et on est moins happé directement dans l’action. Le style reste très agréable à lire et l’humour est bien présent. Je rejoints l’autre avis pour l’ambiance glauque.

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
Chapitre 2 - Emanations 2012-04-17 15:53:23 Eno
Note globale 
 
3.8
Suspens 
 
3.0
Fluidité du style 
 
4.0
Humour noir 
 
4.0
Pertinence du développement 
 
4.0
Coup de cœur 
 
4.0
Critique de Eno    17 avril 2012
Récemment mis à jour: 17 avril 2012
  -   Voir l'ensemble de mes critiques

Très bonne ambiance

J'ai beaucoup aimé t'as façon d'écrire. C'est fluide, fin et agréable à lire.
Tes touches d'humour noir mon bien fait sourire et elles créées je trouve, une ambiance à la fois glauque et comique vraiment sympas.
Au niveau du contenu c'est surtout de la description, l'histoire n'avance pas trop mais on ne s'ennuie pas pour autant. Tu développes bien les personnages, leurs relations etc et tu nous permets d'en apprendre un peu plus sur eux. Gros point positif, tu introduits la fille très mystérieuse dans le chapitre 1 et tout en laissant la possibilité de faire pleins de choses avec ce personnage.

Cet critique a-t-elle été utile pour vous ? 
20
Signaler cet avis
 
Powered by JReviews